Entrez dans vos rêves, complètement détraqués, où tout vous est permis.
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Inscriptions ouvertes : duel de cauchemars - duel de pensées

Partagez | 
 

 Infernal palais.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Onibi

avatar

Messages : 100

Feuille de personnage
Duel de pensé gagné:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Infernal palais.   Sam 25 Déc - 15:33

Influencé par des êtres dotés de pensés venant d'une France riche du 17ème siècles, un songe se créer dans un monde limité à un palais, un manoir plutôt, pour utiliser terme peut être un peu pessimiste à cause du mot qui le suit souvent, mais approprié malgré les hauts murs de briques blanches à l'extérieur, les lustres flottant de cristal pur, le sol recouvert de doux tapis et de dalles aux motifs symétriques certainement influencés par un rois français ici absent, remplacé par un maître des lieux qui personnalise ses murs grâce à des tableaux aux couleurs sombres et dépourvus de vie, comme les hommes, de sa hiérarchie étrangement, qui y sont représenter. Des œuvres non signées parfois séparées par des fenêtre assombrissant la salle de sa lueur pâle qui n'ose pas traverser ses vitres, de peur de perturber l'éclairage sombre qui ne voudrait faire voir le haut des plafonds ainsi absents des couloirs dénudés de portes, dur et déterminé à emmener à un point.

Un homme flou en sortis. Les yeux dilatés, aussi sombres que les tableaux qu'il surveillait de tous les côtés. Transpirant, les lèvres crispées, peut être dans l'espoir de garder une salive trop avalée. Courant sans produire le moindre vent ni vitesse. Fuyant une voix innocente, résonnante, poursuivante, effrayante, d'enfant déçut qui l'interroge :
"Pourquoi pars-tu ? Nous avions pas fini la partie, il t'en reste..."
"Tu devrais revenir. Si tu ne viens pas, je vais inviter quelqu'un d'autre. Qui sais ce qu'il va alors t'arriver si je range le jeux ?"
"Je te laisse le temps que quelqu'un reviennent s'occuper de moi. Si tu n'es pas là avant, tant pis pour toi."


Feu Follet Rénovateur




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://magic-element.forum-pro.fr/index.htm
Sassou battô

avatar

Féminin Messages : 54
Localisation : Cauchemar.
Humeur : Cauchemar.

Feuille de personnage
Duel de pensé gagné:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Infernal palais.   Sam 25 Déc - 23:17

Un chaton. Je suis un chaton !
Je m'étais endormie, et cette absolue certitude s'était emparée de moi, impitoyable prédateur qui enfonçait ses griffes dans mon crâne avec une mortelle précision.
Petite boule de poils adorable, j'avais donc commencé à rêver que je courais partout sur mes petites pattes, jouant avec les lacets de silhouettes floues vaguement humanoïdes, personnages secondaires communs à tous les rêves. M'en prenant ainsi aux chaussures de tout ce qui passait à portée de mes griffes, je finis par m'accrocher aux pieds d'un personnage plus net que les autres. Cela signifiait, comme je l'aurais su si je n'avais pas été aussi prise dans mon rêve, que cette silhouette-ci allait avoir une importance. Surement m'en serais-je méfiée le cas échéant.
Ainsi, l'homme, car c'en était un, me lança un regard à la fois las et amusé, qui se retrouva bientôt rejoint sur son visage aux traits fins par un sourire sadique des plus inquiétants. Pauvre chaton, je ne le remarquai pas, et me vis asséner un coup de pied magistral, le deuxième de mon histoire. Le geste, bien que fort violent, ne me causa aucune douleur ; en revanche, il m'envoya voler bien plus loin que ne l'aurait pu un coup de pied habituel ; il m'envoya voler, au sens propre du terme, dans le ciel vague de mon rêve inachevé. Ce faisant, mon miaulement félin suraigu se mua petit à petit un cri humain, à mesure que je reprenais ma forme naturelle.

---

Fendant l'air, je me tus progressivement en voyant approcher à grande vitesse le sol d'un autre rêve.
En fait, objectivement, c'est moi qui approche du sol... Enfin, ce coup de pied était nettement plus puissant que le dernier que j'ai reçu.
Le contact, quelque peu brutal, de ce même sol me ramena à la "réalité" et interrompit le fil de mes pensées mal-à-propos. Étendue sur le sol, je fermai les yeux et les ouvris, croyant me réveiller dans mon lit après ce songe mouvementé. Je me trompais. Un voile de brouillard gênant mon regard, je me relevai sur les coudes, découvrant un paysage féérique. Une plaine aux couleurs claires et joyeuses s'étendait à perte de vue. Partout, on voyait des fleurs, comme si le paysage avait été dessiné par une petite fille. Des lambeaux de brume s'accrochaient à ce magnifique décor, lui donnant un aspect surnaturel.
Et, supervisant le tout avec une majesté et une grâce extraordinaires, se dressait dans mon dos un château de conte de fée, aux façades, aux tourelles et aux arches taillées dans une pierre d'un blanc pur et lumineux. Cependant, la vue de ce bâtiment fantastique suscitait un malaise sourd au plus profond de mon être, comme si sa beauté sonnait faux. Je faussai les épaules, ce qui, dans la position dans laquelle je me trouvais, me fit retomber sur le dos.
Les bruits de pas précipités d'une personne qui boitillait se firent entendre, venant dudit palais, me firent sursauter ; je pris le parti de ne pas bouger et d'attendre de voir ce qui allait se passer, prenant tout de même la précaution de me retourner sur le ventre pour pouvoir observer par dessus la brume qui me dissimulait. Un homme sortit précipitamment par la grande porte de bois clair. Ses contours étaient flous, comme si ils avaient étés gommés à l'estompe ; cependant, cette irréalité ne ressemblait pas à celle des silhouettes dont les lacets avaient nourri mon rêve initial. Ses yeux, ressemblant à deux abysses sombres, donnaient l'impression qu'il avait été dévoré de l'intérieur. Quelque chose s'en était pris à lui. Soudain, une petite voix se fit entendre. C'était celle d'une petite fille, de six ans, peut-être. Elle rayonnait d'innocence, et lui demandait d'aller jouer avec elle, et lui adressa quelques paroles que je ne compris pas. Cette voix, à l'instar du palais, donnait à mon âme une impression malsaine. Méfiance.
L'homme, fuyant le château féérique, se dirigeait dans me direction : avant que je n'aie eu le temps de me retirer de sa trajectoire, il se prit les pieds dans mon corps étendu et tomba, poussant un cri de surprise, et m'arrachant un hurlement surpris, douloureux et anxieux.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Onibi

avatar

Messages : 100

Feuille de personnage
Duel de pensé gagné:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Infernal palais.   Dim 26 Déc - 14:24

La voix cessa lorsqu'un bruyant grésillement de télévision, souligné par quelques droites blanches et grises coupant horizontalement le songe pendant une seconde, formèrent un orchestre de bienvenue indésirable à l'honneur d'un parasite indiscret qui tombait d'un ciel sortis de son imagination, commençant déjà à déformer ce qui l'entourait. Le monde s' élargit pour laisser place au rêve d'un jardin parfait d'une jeune noble qui l'on pouvait facilement se représenter sous la forme d'une petite à la robe rose couverte de flots ridicules exportée d'un univers voisin.

La responsable, une forme qui semblait être féminine, tentait d'emmener le sol à elle, avant de s'emmener un peu plus logiquement au sol et de s'y écraser tel le destin d'une mouche. Elle se munit rapidement de deux yeux afin d'observer avec intérêt et surprise les environs qui se mit au travail pour lui faire partager son contexte, intérieur plutôt que apparent.
Des cheveux rouges taillés en un carré plongeant et en une frange contrastait avec un visage blanc au trois taches rouges, une pour ses lèvres fines et deux autres pour ses yeux de tailles moyenne. Un foulard de dentelle blanche tombait en dehors d'une veste rouge aux bordures et aux quatre boutons noir, fini au niveau des manches par des engageantes blanche. Le reste de cet ensemble était constitué d'une robe, rouge, aux nombreux plis tenus par un ruban noir au niveau du bassin et de chaussure noire.

Ce qui avait été un parasite devint à acteur du songe qui allait reprendre son cours habituel, après quelques mises au point.

L'homme pris par la panique précédente réussie à accéder au jardin grâce à une large porte, qui ne demandait cas se refermer derrière une autre personne, découpé dans le manoir blanc. Dans sa course, il tomba sur la dame qui le guettait de loin depuis son manteau de brume qui parcourait le sol. Ce qui était une simple silhouette devient un corps plus que légèrement flouté encadré par un costume noir, qui tentait t'en bien que de mal de se relever, malgré deux bras manquant qui ne pouvait plus l'aider. Il roula alors sur le côté et tenta de ramper en direction de l'horizon sans même regarder sur quoi il avait perdu le peu d'équilibre qui lui restait. Mais très vite, son occasion de voir fut estompée par la monté de la brume qui le camoufla vaguement, lui et une ombre l'emportant à travers un mur du bâtiment.


Feu Follet Rénovateur




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://magic-element.forum-pro.fr/index.htm
Sassou battô

avatar

Féminin Messages : 54
Localisation : Cauchemar.
Humeur : Cauchemar.

Feuille de personnage
Duel de pensé gagné:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Infernal palais.   Dim 2 Jan - 18:56

Je me recroquevillai sur moi-même en gémissant. L'homme, s'écrasant au sol à quelques millimètres à peine de mon visage, resta étendu au sol. Mon irruption dans ce rêve, ou devrais-je dire, ce cauchemar, ne passerait désormais plus inaperçue. Tandis que je me tournais vers l'homme pour l'aider, je poussai un deuxième cri de surprise et d'horreur : à l'endroit où, chez un individu "normal", apparaissaient des appendices caractéristiques qu'on nomme plus communément "bras", il n'y avait que deux étendues lisses, noires. Pas une seule goutte de sang. Les lui avait-on carbonisés ? Ou arrachés, et cautérisé les blessures ? Je n'en avais pas la moindre idée ; en tout cas, le choc passé, je me dis que cela ressemblait à du travail de professionnel ; rien à reprocher. Ceci, allié à la voix que j'avais entendue et à l'impression malsaine, me disait que je me retrouvais en présence d'un de mes collègues... et pas d'un des plus tendres...
Tandis que je réfléchissais, l'homme s'éloigna en rampant, et, à demi masqué par la brume, il fut discrètement happé à travers un mur de l'étrange édifice. Je fixai un moment l'endroit où il avait disparu, fronçai les sourcils, puis décidai d'aller y jeter un œil. Après tout, cela faisait bien longtemps que je ne m'étais pas amusée avec mes pouvoirs de Manipulatrice de Cauchemars. Pourquoi ne pas profiter de l'occasion qui s'offrait à moi, et de celle, tout aussi rare bien que légèrement moins appréciable, de rencontrer un(e) collègue doué(e) ?
Je me relevai sur les genoux, puis me mis debout en m'aidant de mes mains et en grimaçant. La chute de la victime de ce rêve m'avait été douloureuse. D'un geste de ma part, la brume s'éleva, me masquant totalement.
Je me dirigeai d'un pas ferme et décidé vers la porte de château.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Infernal palais.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Infernal palais.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Palais de Caras Galadhon
» Le palais Sans-souci en Danger
» (Haïti-Diplomatie) Le Palais veut des diplomates vendeurs
» Le Palais National un symbole puissant dans la mémoire collective
» Confirmé: Le Choléra est venu d'un camp népalais

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dream Manipulation :: Les mondes des songes. :: Scénarios. :: Scénarios en cours.-
Sauter vers: